Conseils pour intervenir lors d’une escalade poursuiveur-poursuiveur ou d’une séquence attaque-attaque

(texte original: Kim Hayes & Alison Lee)

Article issu de L’ICEEFT newsletter et traduite avec l’accord de ICEEFT.

Je suis sûr que presque tous les thérapeutes EFT lisant cet article se sont déjà retrouvés dans une séance où le couple s’est emporté lors d’une escalade attaque-attaque.

Comment le thérapeute EFT peut-il ou elle composer avec cette situation, qui est pour le moins qu’on puisse dire désagréable, pour ne pas dire stressante?

Alors que nous pouvons avoir bien saisi le déploiement du cycle interactif chez ce couple, la rapidité de l’escalade peut tout de même nous surprendre (même après avoir atteint le stade de désintensification/désescalade) et dès lors nous nous retrouvons soudainement face à des personnes qui nous sont étrangères – se moquant ou s’insultant de part et d’autre, – nous laissant penser:

Mon Dieu, mais qu’est-ce qui vient de se passer?

Lors de ces occasions, je me dis alors:

Calme-toi – ce n’est que leur cycle – ton but est de le saisir, de le comprendre, d’aider chaque partenaire à mieux le voir, avec son élément déclencheur et sa signification, et de les aider à s’en sortir, en accédant rapidement à l’émotion primaire de chacun

Ici, «rapidement» peut signifier: «avant la fin de la séance!

Alors, comment faire lors de ces escalades soudaines?

Tant que le couple ne gueule pas au point de déranger les couples dans d’autres salles de thérapie, j’éloigne ma chaise pendant quelques minutes pour mieux observer et comprendre ce qui se passe. Au bout d’un moment, je peux leur demander:

Puis-je dire quelque chose?

Si ça échoue, je parle plus fort:

Doucement, arrêtez un peu – vous êtes encore une fois pris au piège par votre cycle, votre dynamique – arrêtons-nous un peu – ceci est une bonne occasion dele comprendre, laissez – moi aussi parler.

Au besoin, je me lève de ma chaise et je répète ma demande.
Le but de l’intervention est d’identifier et de décrire le cycle interactif, d’identifier et l’élément déclencheur et comprendre son sens, ce qui permet de passer rapidement à l’émotion primaire.

Que faire s’ils ne cessent pas de s’engueuler?

À ce point, je peux leur dire que d’autres personnes les entendent. Si le couple a un nom pour leur cycle (par exemple le Vortex ou le Trou Noir), je peux faire appel à celui-ci pour souligner comment – à ce moment-là – les partenaires sont pris en otage par le cycle interactif, par leur Vortex. Je peux insister sur comment ils sont emportés par le cycle interactif et comment chacun
s’y perd et perd l’autre et que mon rôle est de les aider à arrêter ou à interrompre le Vortex et à changer tout ceci dans l’ici et maintenant.
Je peux aussi partager l’impact que leur cycle a sur moi comme thérapeute, au point tel où je dois me lever de ma chaise pour être entendu, et que ces escalades doivent être très épuisantes pour eux, ce qui valide leur besoin d’aide et la nécessité de m’écouter de m’entendre.

En d’autres termes, en soulignant la nature envoutante du cycle je valide la façon dont ils sont piégés au sein de celui-ci.

Je peux aussi dire:

Alors qu’il est normal d’être emporté par le cycle interactif à
la maison, ici nous devons l’arrêter et le comprendre pour être en mesure de
mieux nous en sortir. Le cycle interactif est l’ennemi commun que vous devez
combattre ensemble.


Cette dernière métaphore permet aux partenaires de prendre du recul par rapport à leur cycle interactif – et cette externalisation les aide à le recadrer comme l’ennemi commun contre lequel ils peuvent s’unir.

Traduit par Lieven Migerode et Normand Gingras

Share Button

Comments are closed.